Aussi libre que moi

Je vous l’ai dit il y a quelques temps, mi-mai, j’ai démissionné.

Après 18 mois passés à cogiter, à me remettre en cause, à friser la dépression et à me retrouver une fois par mois en larmes dans mon bureau, j’ai décidé qu’il était plus que temps et j’ai saisi l’opportunité qui s’est présentée. Au début, j’étais ravie, mais je me sentais un peu lâche d’abandonner mes collègues à ce triste sort. D’autant que la réaction à l’annonce de mon départ a été unanime : « Comment est-ce qu’on va faire ? », suivi immédiatement d’un « Mais c’est super pour toi », avec un hochement de tête entendu. C’en était arrivé au point ou, par moment, je n’étais même plus sure d’avoir pris la bonne décision et d’avoir envie de ce nouveau poste.

Vendredi dernier j’ai fait mon pot de départ. J’avais mis les petits plats dans les grands, car au fond je l’aime cette boite et j’adore bon nombre de mes collègues. Mon seul problème (quasiment) c’est sa direction et ma chef directe.

Il y avait des gâteaux en tout sens, de quoi boire bien trop, mais surtout il y avait du monde. Beaucoup de monde, des secrétaires, des scientifiques, des directeurs, des manutentionnaires, des chefs d’unité, Sandra la fille de l’accueil, bref un échantillon assez représentatif de notre boîte et ça m’a vraiment beaucoup touché.

En six ans, je crois que j’ai du parler à a peu près tout le monde, c’est mon poste qui veut ça, mais c’est aussi parce que pour moi tout le monde est important. Peu importe ce qu’il fait. De les voir tous là réunis, c’était déjà un super cadeau, une preuve que mes six années de travail n’avaient pas été « pour du beurre ». Certains ont parlé, on dit de jolies choses qui m’ont fait rougir. Ma chef a ressorti son laïus hypocrite, malheureusement pour elle je pense qu’elle ne sait pas faire autrement. Beaucoup m’ont glissé un mot gentil à l’oreille. Bref c’était un moment génial. La meilleure façon  de se dire au revoir, je crois.

Gâteau sur la cerise, j’ai eu des cadeaux extra, mes collègues me connaissent bien : un robot pâtissier qui trône fièrement dans ma cuisine, une enveloppe shopping qui a rapidement été convertie en une sublime paire de chaussures. Mais surtout, en lieu et place de carte d’au revoir, j’ai eu un carnet. Un carnet merveilleux où certains m’ont écrit des choses qu’ils ne m’auraient sans doute jamais dit et qui m’ont piqué les yeux quand je les ai lues.

En retour, j’ai maladroitement bredouillés quelques mots, peu importe, l’essentiel c’était d’être ensemble.

A la sortie, je flottais sur un petit nuage parce que je pense que ce n’est qu’à ce moment là que j’ai mesuré le chemin que j’ai accompli en six ans, l’assurance que j’ai prise, les liens que j’ai tissés. Et même (surtout) quand comme moi on n’est jamais 100% satisfait de ce qu’on a produit et qu’on doute sans cesse (vous connaissez le complexe de l’imposteur), ça fait du bien de se dire qu’on a fait quelque chose de bien.

Bref vendredi dernier, je me suis dit une fois de plus, « est-ce que je fais bien de partir » ? Lundi matin, j’ai eu la confirmation que oui, 100 fois oui, quand j’ai vu la tournure que prennent les choses et qu’une fois de plus je suis sortie de réunion la mâchoire serrée et la tension artérielle au sommet.

Mes adieux officiels à cette maison qui a été la mienne durant 6 ans sont pour le 31 juillet au soir. J’ai hâte et en même temps je sais que je serai très triste le jour de faire un dernier tour des bureaux.

Et mon nouveau chez moi ? Il m’attend sagement pour le 26 aout, d’ici là j’aurais bien le temps d’angoisser en me demandant si je vais y arriver et si les autres enfants vont être gentils avec moi (ah non ça c’est une réminiscence d’école ^^).

Et vous, ça va ?

Advertisements

17 réflexions sur “Aussi libre que moi

  1. Je suis très heureuse pour toi car je ne peux pas douter que la route que tu traces sera belle et bonne pour toi ! Je te souhaite tout le bonheur du monde pour reprendre le titre d’une autre chanson… Bises

  2. C’est important d’avoir un cadre de travail ou l’on se sent bien, on y passe tellement de temps! Tu as bien fait et tu pourras toujours retourner voir tes collègues -_-
    Bises

  3. Il vaut mieux partir quand tout va bien. Aujourd’hui, c’était ma journée de reprise du travail dans un nouveau poste au sein de la même collectivité sur un autre site, après un break d’un peu plus d’un an pour cause de burn-out. Et cela c’est super bien passé ;-) j’entame enfin une nouvelle phase de ma carrière professionnelle. Et oui, quand on maîtrise il faut pas mal de courage. Alors, bravo à toi

    1. Merci de ton message. Bravo à toi pour ta reprise, je suis sure que tout va bien se passer, il faut reprendre tranquillement :) Moi plus que quelques jours avant les vacances et puis le grand saut :)

  4. Bon dernier jour ma belle !
    Une nouvelle aventure t’ouvre les bras et je suis sûre qu’elle sera belle. D’ici là, profite de ces semaines de vacances pour penser à toi et te chouchouter.
    Des bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s