La marche de l’empereur

Ce soir, je romps mon exil temporaire de la blogosphère pour vous faire cette annonce tonitruante … Aujourd’hui, j’aurais voulu être un manchot !

Non, pas celui qui n’a pas de bras – je précise pour les mauvais esprits ricaneurs au fond de la classe- le cousin du pingouin plutôt. En tout cas un animal qui se meut avec sécurité sur la neige. N’étant pas la cousine de Sébastien Loeb et altruiste comme  je suis, j’ai préféré éviter à mes concitoyens de me croiser sur les routes en cas de neige qui tient ou de verglas. Aussi, j’ai pris mon courage, et mes pieds, à deux mains pour aller travailler. Mal m’en a pris car les routes étaient parfaites, les trottoirs au contraire, on ne peut pas en dire autant….

Au fil de mon périple, j’ai maudit chaque déclivité du terrain et béni, telle une naufragée, les portions de bitume déneigées.  Au menu, neige tassée ce matin et neige fondante ce soir. Le support parfait pour me voir effectuer moultes figures au combien artistiques qui ont culminé ce matin en un atterrissage bien senti sur les fesses. Heureusement, elles sont rembourrées.  A chaque glissade, je faisais mentalement la liste de ce qui aurait pu arriver, allant du méchant bleu au choc tempe contre trottoir qui aurait vu ma mort certaine. Oui je suis le zen incarné, je sais.

Pour me distraire, j’ai bien tenté de me concentrer sur la vague de fractures du poignet qui allait déferler aux urgences. Mais, ma meilleure distraction a été d’observer les autres infortunés qui avaient choisi, comme moi,  la marche à pied. Avec  intérêt et amusement, j’ai pu discerner quelques espèces intéressantes.

 J’ai croisé des yétis emmitouflés de pied en cape et chaussés d’après ski ou de chaussures de marche leur permettant de se mouvoir lourdement, mais en toute sécurité. Il y a avait des échassiers qui, malgré le terrain glissant, avaient refusé de se départir de leur talons aiguilles et restaient immobiles de longues minutes à chaque descente de trottoir, jaugeant le meilleur chemin à emprunter.

Une gazelle a croisé ma route effleurant à peine la neige de ses chaussures de jogging, elle semblait flotter et totalement ignorer mon embarras.

Enfin, la majorité des passants  faisaient partie de mon espèce. Les manchots. Avançant tant bien que mal à petits pas pressés, se dandinant un peu, les bras légèrement écartés de chaque côté du corps, espérant gagner en équilibre, une belle armée de manchots glissants et trébuchants mais se dandinant de plus belle pour arriver à bon port.

Je ne sais pas si je retenterais l’aventure demain, tout dépend s’il gèle cette nuit ou pas mais en tout cas, je tire mon chapeau à ces superbes et élégants animaux car aujourd’hui, j’ai partagé durant quelques dizaines de minutes leur glissant quotidien.

Sur ce je vous dis à bientôt, pour de vrai cette fois, et je vous embrasse.

Publicités

6 réflexions sur “La marche de l’empereur

  1. Oui, hier, je me suis félicitée d’avoir mis mes chaussures de montagne pour aller travailler. Pas très sexy, ni très élégant mais pratique sur les trottoirs glacés et enneigés ! Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s