Là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté

Le musée d’Orsay organise jusqu’au 15 janvier 2012, l’exposition « Beauté, morale et volupté». Dédiée à l’Aesthetic movement, un courant artistique du 19ème siècle centré autour de la recherche de la beauté pour elle seule. Suivez le guide …

A peine le seuil passé, la clarté de la nef du musée d’Orsay fait place à l’atmosphère feutrée et douillette d’un appartement bourgeois de l’époque victorienne. Tout invite au repos lascif et à la contemplation. Au sol, une épaisse moquette tilleul étouffe les pas des visiteurs. Délicatement ornés d’or, les hauts murs peints de violet cardinal, de vert mousse et de vert bouteille ne laissent filtrer du plafond qu’une clarté diffuse. Ca et là de larges banquettes recouvertes d’un moelleux velours violet invitent le passant à s’arrêter et à se délecter de l’instant. « Suis-je Alice soudain tombée au pays des merveilles ? » pourrait se demander le visiteur fantasque.

Non ! Nous sommes bien au musée d’Orsay pour l’exposition « Beauté, morale et volupté». Organisée en collaboration avec le Victoria and Albert Museum (V&A) de Londres et le Fine arts museum de San Francisco, l’exposition sera successivement présentée dans ces 3 lieux. C’est au tour d’Orsay de l’abriter jusqu’au 15 janvier 2012. Quel est le propos de cette plongée soudaine dans le monde d’Oscar Wilde ? Explorer « l’Aesthetic mouvement », ce courant artistique, né dans l’Angleterre en mutation du milieu du 19ème siècle et dont l’écrivain et dandy bien connu Oscar Wilde pourrait être l’icone.

Portrait de femme vêtue à l’orientale, 1866. Joseph Middleton Jopling (1831-1884)

Source : http://www.latribunedelart.com/

« N’ayez rien dans votre demeure que vous ne pensiez utile ou beau ». Cette citation de William Morris designer contemporain de Wilde, résume pleinement l’état d’esprit du mouvement. Face à l’industrialisation, à la laideur et au matérialisme ambiant, une obsession : rechercher la beauté sous toutes ses formes. L’art n’existe plus comme véhicule d’idées ou de morale, mais uniquement pour lui-même, sans autre but que de donner à contempler et à posséder de belles choses. Les quelques 200 œuvres proposées par l’exposition viennent, pour l’essentiel, des 3 établissements organisateurs, ainsi que de quelques collections privées. Eventail d’une richesse inégalée des productions de l’Aesthetic mouvement, les tableaux, sculptures et étonnantes pièces d’ameublement, de décoration ou de mode réunies ici baignent dans un doux halo, descendant de vieilles ampoules à incandescence. Chaque jour, quelques 4000 visiteurs se croisent ici en un ballet silencieux que seul vient troubler le chuchotement des audio-guides. Guidés par les aphorismes d’Oscar Wilde égrenés sur les murs, les visiteurs ressortent enfin, papillonnant des yeux et  étourdis par tant de beauté, dans la clarté aveuglante de la nef d’Orsay.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s